FREN

Nov 29, 2016

Actualités du cabinet

Le procès-spectacle Fiona, symbole d’une rupture entre la justice et la société française

Le 13 mai 2013, c'est meurtrie que la France découvre le visage de Cécile Bourgeon, pleurant son enfant face caméra. Elle supplie, aux côtés de son compagnon Berkane Makhlouf, les gens de les aider à retrouver Fiona, 5 ans.

Quatre mois plus tard, la France entière apprend qu'elle a été bernée. Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf seraient en réalité les bourreaux de Fiona.

De parties civiles, ils passent au statut de mis en examen puis d'accusés devant la cour d'assises du Puy-de-Dôme.

Après plusieurs mois d'instruction et deux semaines d'audience, la cour d'assises a tranché.

Acquittement partiel pour Cécile Bourgeon qui n'a pas été reconnue coupable de coups mortels. Elle est toutefois reconnue coupable de non-assistance à personne en danger, recel de cadavre, modification de l'état des lieux du crime et dénonciation mensongère de crime et est condamnée à une peine de 5 ans d'emprisonnement. Elle est également déchue de toute autorité parentale sur ses deux autres enfants...

Retrouvez l'intégralité de l'article "Le procès-spectacle Fiona, symbole d'une rupture entre la justice et la société française", Le Huffington Post, 29 novembre 2016

Articles associés